Catégories
Europe actualité

#Tourisme: une ligne de vie en chute libre

La vie publique dans les pays du monde entier s'est pratiquement arrêtée. Les mesures drastiques de lutte contre le coronavirus sont sans précédent mais se révèlent d'une importance critique. Nous ne savons pas encore dans quelle mesure cela aura sur les coûts humains et économiques, mais il ne fait aucun doute que ce sera énorme. Les estimations actuelles prévoient entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars de pertes de revenus et 25 millions de suppressions d'emplois. Pour un secteur, l'impact est particulièrement catastrophique: le tourisme. – écrit Isabelle Durant, Secrétaire générale adjointe de la CNUCED, ancienne vice-présidente du Parlement européen et ancienne vice-première ministre de la Belgique

Le tourisme est un contributeur clé au PIB, à l'emploi et au commerce. Beaucoup l'oublient. La crise affecte gravement chaque catégorie du secteur: voyager pour les loisirs et les affaires est actuellement l'une de nos moindres priorités et notre capacité à rendre visite à la famille et aux amis est très restreinte voire interdite. Notre priorité est de rester en sécurité et à l'intérieur.

La baisse de l'activité économique affecte déjà des milliers d'établissements touristiques. Dans la plupart des pays d'Europe, les restaurants sont fermés et de nombreux hôtels dans le monde ont vu leurs numéros de réservation chuter. Le tourisme étant un important pourvoyeur de revenus, fournissant environ un emploi sur dix dans le monde, cette crise menace l'emploi de millions de personnes. Avec une main-d'œuvre qui comprend une proportion relativement élevée de femmes et de jeunes, elle frappera durement les groupes démographiques qui sont déjà souvent les plus vulnérables.

Le chômage, ou la perspective de celui-ci, restreindra gravement la capacité et l'aspiration de nombreuses personnes à voyager, affectant principalement l'industrie du tourisme de loisirs. En outre, comme de nombreuses entreprises devront consolider leurs comptes, cela limitera également les voyages d’affaires, qui représentent environ 13% de la demande totale du secteur.

Dans de nombreux pays, le tourisme international est un secteur d'exportation de services essentiel et donc une source clé de devises. À l'échelle mondiale, le tourisme représente près de 30% des exportations de services, mais dans de nombreux petits États insulaires en développement (PEID), cette part est beaucoup plus élevée. Avec moins de tourisme international et de devises, la capacité de service de la dette peut rapidement diminuer. Ajoutant à cela l'appréciation rapide du dollar américain, une tempête supplémentaire se profile à l'horizon. Une action multilatérale urgente est nécessaire pour empêcher cette tempête.

Les mesures actuelles en matière de mobilité ne mettent pas seulement le secteur au défi aujourd'hui mais aussi demain. Pour ralentir la propagation du virus, pendant des semaines et très probablement des mois, des millions de personnes resteront à la maison et de sévères restrictions de voyage s'appliqueront. La connectivité sera limitée avec d'innombrables vols, bus et trains annulés. Pour plusieurs compagnies aériennes, la survie dépendra de l'aide financière – certaines peuvent faire faillite tandis que d'autres pays se préparent à la nationalisation. Étant donné que près de 60% de tous les touristes internationaux atteignent leur destination par avion, une connectivité aérienne réduite au-delà de la crise sanitaire limitera la capacité du secteur à se rétablir.

Ces perspectives sont très sombres et affectent les pays du monde entier. Les principales destinations touristiques en termes d'arrivées internationales sont toutes parmi les plus touchées: la France, l'Espagne, les États-Unis, la Chine et l'Italie. Ce sont de grandes économies où le tourisme joue un rôle important. Cependant, pour d'autres pays, comme la Thaïlande et surtout les PEID, le secteur est plus que cela: c'est leur ligne de vie. Dans certains cas, le tourisme est la principale source de devises étrangères, le contributeur au PIB ou l'employeur, ou les trois ensemble.

S'il y a une source d'espoir, c'est le fait que le tourisme a fait preuve de résilience et a connu des reprises fortes et rapides après la crise. Nous en avons été témoins après l'épidémie de SRAS et la guerre en Irak en 2003, ainsi qu'après la crise financière de 2008/09. Le tourisme international est revenu plus fort que jamais, enregistrant un taux de croissance annuel moyen des arrivées internationales de 5% entre 2010 et 2018 et dépassant 1,5 milliard d'arrivées internationales d'ici 2019. Ajoutant à cela la demande des touristes nationaux, il indique clairement les enjeux .

Ainsi, il est important que les mesures de soutien s’étendent au secteur du tourisme afin que ceux dont les moyens d’existence en dépendent puissent faire face à cette adversité actuelle et ensuite soutenir la reprise du secteur lorsqu’il rebondira. Et nous savons que grâce aux liens multiples et divers du secteur, le tourisme a la capacité distincte et unique de s'étendre à des millions de personnes, y compris dans de nombreuses communautés rurales. Cela est particulièrement pertinent pour les économies axées sur le tourisme dans les pays en développement qui n'ont pas de filets de sécurité et moins de sources de revenus alternatives. Par exemple, à Acapulco, au Mexique, les entreprises touristiques ont refusé de fermer car pour de nombreux travailleurs du tourisme, aucun travail ne signifie aucun revenu.

Pour l'avenir, la pandémie déclenche des réflexions sur l'avenir du secteur. Cela peut être une opportunité. En raison des vols et des réductions de production, le CO2 les émissions ont considérablement diminué et entraînent des améliorations notables de la qualité de l'air et de l'eau. Cela soutient l'atout même sur lequel de nombreuses destinations touristiques prospèrent – la beauté de la nature dans cet état naturel. Par conséquent, la crise nous rappelle et, nous l'espérons, nous convainc à quel point il est essentiel de poursuivre des modèles de tourisme moins intensifs en carbone.

Un tourisme plus régional et plus durable pourrait être la formule gagnante. Le tourisme régional est moins polluant en raison des distances plus courtes et de la connectivité par des moyens moins polluants. Et le tourisme durable privilégie l'approvisionnement auprès de fournisseurs locaux et est plus soucieux de la gestion de l'eau et des déchets. Cela contraste souvent avec les modèles basés principalement sur le tourisme de masse.

Cependant, repenser n'est pas acquis d'avance: pour soutenir et stimuler leurs économies, certains gouvernements peuvent recourir aux combustibles fossiles comme source d'énergie moins chère. Cela pourrait les faire reculer dans leurs aspirations à atteindre les objectifs de développement durable.

Et pour que le tourisme récupère et se transforme en un chemin plus durable, ses entreprises doivent d'abord survivre à cette tempête ravageuse.

commentaires

Commentaires Facebook

Mots clés: ue, europe, en vedette, ancien vice-président du Parlement européen et ancien vice-premier ministre de la belgique, image complète, Isabelle Durant, tourisme, CNUCED, secrétaire générale adjointe de la CNUCED

Catégorie: A la une, Opinion, Tourisme, Nations Unies

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *