Catégories
Europe actualité

L'hydrogène sera «central» à l'intégration du système énergétique, selon l'UE – EURACTIV.fr

L'hydrogène sera un "élément central" de la stratégie d'intégration du système énergétique que la Commission européenne présentera en juin, a déclaré le chef de l'énergie de l'UE, Kadri Simson.

Lors d'un débat en ligne mardi 5 mai, Simson a signalé la prochaine vague de rénovation de bâtiments et l'éolien offshore comme «les deux premiers domaines de travail» pour le secteur de l'énergie dans la phase de récupération après la crise des coronavirus.

«Mais le troisième domaine amplifie l'impact des deux, en les réunissant en un seul système connecté. Il s'agit de l'intégration du système énergétique », a-t-elle déclaré.

En reliant des secteurs traditionnellement séparés du système énergétique – comme l'électricité et le gaz – la Commission européenne espère créer des synergies qui permettront d'intégrer davantage d'énergies renouvelables et de décarboniser les secteurs industriels actuellement à la traîne.

Il permet également un système énergétique globalement plus efficace, par exemple lors de l'utilisation d'un excès d'électricité renouvelable qui autrement serait réduit pour produire de l'hydrogène qui peut être stocké pour une utilisation ultérieure.

L'électrification, les gaz à faible teneur en carbone, la numérisation et le stockage jouent tous un rôle pour compléter le tableau, ou «rejoindre les points», comme l'a dit le commissaire.

«L'intégration du système énergétique est la façon dont nous relions les chaînons manquants dans le système énergétique», a expliqué Simson, se référant par exemple aux flux d'énergie entre les réseaux d'électricité et de gaz.

Le «couplage» électrique et gazier est la clé de la quête zéro carbone de l'UE

Alors que l'Europe évolue vers des émissions nettes nulles, les décideurs politiques examinent toutes les sources d'énergie disponibles, y compris les nouveaux gaz à faible teneur en carbone comme l'hydrogène, pour décarboniser au moins le coût. Mais l'électrification directe – des transports, de l'industrie et des bâtiments – reste la priorité absolue de la Commission européenne.

En utilisant davantage d'énergie électrique dans des secteurs qui sont actuellement encore très dépendants des combustibles fossiles, l'Europe pourrait "augmenter l'utilisation des énergies renouvelables", a expliqué Simson, se référant à la part élevée des énergies renouvelables dans l'électricité par rapport aux autres vecteurs d'énergie.

Cependant, un plus grand nombre d'énergies renouvelables présentent des défis qui leur sont propres, par exemple en raison de la nature variable de la production d'électricité renouvelable et de la nécessité d'équilibrer à tout moment l'offre et la demande.

L'intégration du système énergétique nécessitera un système d'alimentation plus flexible, y compris le stockage et la numérisation, a déclaré le commissaire. Et les carburants à faible teneur en carbone comme l'hydrogène pourraient constituer une pièce essentielle du puzzle lorsque vous essayez de relier les points.

«L'élément central de l'intégration du système énergétique est le déploiement de nouvelles sources de carburant telles que l'hydrogène dans le système. Cela pourrait changer la donne », a déclaré Simson. "Il pourrait jouer un rôle de catalyseur, en particulier pour les secteurs difficiles à décarboniser comme l'industrie lourde et les transports".

Les vecteurs d'énergie moléculaire – ou gaz – sont plus faciles à utiliser dans des secteurs comme le transport lourd où le poids des batteries rend l'électrification peu pratique. Les molécules sont également utilisées comme matière première pour des industries comme la sidérurgie ou la production d'engrais.

Gaz renouvelables et bas carbone

L'hydrogène ne représente aujourd'hui que moins de 1% du système énergétique européen, mais la Commission européenne estime qu'elle pourrait déclencher une nouvelle vague de décarbonisation dans des secteurs économiques difficiles à ralentir.

Alors que les écologistes favorisent l'hydrogène dit «vert» produit à partir d'électricité renouvelable, l'hydrogène à faible teneur en carbone peut également être produit à partir de gaz naturel, lorsqu'il est utilisé en combinaison avec la technologie de capture et de stockage (CSC) pour enterrer les émissions souterraines.

Cela laisse la porte ouverte à l'industrie gazière pour contribuer à l'intensification de la production d'hydrogène par des voies fossiles également.

«L'Europe est bien placée pour bénéficier du CSC grâce aux grappes industrielles, à la vaste infrastructure de pipelines et au potentiel de stockage géologique», déclare l'Organisation internationale des producteurs de pétrole et de gaz (IOGP).

«Une telle combinaison technologique permettrait des volumes à l'échelle industrielle d'hydrogène neutre en carbone», selon Olav Aamlid Syversen de la société d'énergie norvégienne Equinor, affirmant que cela pourrait «jeter les bases d'une future économie européenne de l'hydrogène».

(Sous la direction de Frédéric Simon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *