Catégories
Europe actualité

Les pays de l'UE traînent les pieds dans les plans de rénovation des bâtiments – EURACTIV.fr

Seuls cinq États membres de l'UE ont soumis des stratégies de rénovation à long terme qui devaient être présentées le mois dernier dans le cadre de la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments: la Belgique, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas et la Suède.

Les pays de l'UE avaient jusqu'au 10 mars pour transposer la directive sur les bâtiments, mise à jour pour la dernière fois en mai 2018 dans le cadre d'un ensemble de lois sur l'énergie propre.

L'objectif de la directive est de rendre l'ensemble du parc immobilier européen «hautement économe en énergie et décarboné» afin de ramener les émissions à près de zéro d'ici 2050.

L'accord de l'UE déclenche la course à la rénovation du parc immobilier européen

Après une troisième série de pourparlers, les législateurs de l'UE sont parvenus à un accord mardi 19 décembre sur la directive révisée sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD), tirant avec le pistolet de départ pour rénover l'ensemble du parc immobilier européen d'ici 2050 afin qu'il devienne «presque zéro émission» .

Mais les stratégies de rénovation des bâtiments ont jusqu'à présent été largement ignorées par les États membres, selon la Commission européenne. À ce jour, seuls cinq pays ont rendu leur stratégie: la Belgique, le Danemark, la Finlande, les Pays-Bas et la Suède.

"La soumission en temps opportun est d'une grande importance", a déclaré un porte-parole de la Commission européenne à EURACTIV.

"En particulier, l'évaluation des stratégies de rénovation à long terme apportera des détails aux plans nationaux sur l'énergie et le climat qui étaient attendus par la Commission d'ici le 31 décembre 2019", a déclaré le porte-parole dans un communiqué par courrier électronique.

Les États membres sont non seulement lents à adopter des plans de rénovation, mais ils se traînent également les pieds lorsqu'il s'agit de transposer la directive. Mercredi (8 avril), la Commission n'avait reçu que 16 notifications de mesures nationales de transposition.

"La Commission suit de près les notifications et les soumissions sur tous les fronts et reste en dialogue étroit avec les États membres pour s'assurer qu'ils reçoivent un soutien si nécessaire", a déclaré le porte-parole.

Certes, la crise du COVID-19 ne devrait pas accélérer le processus, même si la rénovation des bâtiments est considérée comme un moyen sûr de relancer l'économie après la levée des mesures de confinement.

"Le secteur de la construction a toujours été un moteur clé de la reprise économique et la rénovation des bâtiments européens deviendra encore plus importante dans le cadre de la réponse à la crise COVID-19", a déclaré Brook Riley, responsable des affaires européennes chez Rockwool, un leader mondial. dans les matériaux d'isolation des bâtiments.

Vague de rénovation de bâtiments

Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, a annoncé une "vague de rénovation" dans le cadre du Green Deal européen présenté en décembre.

Il s'est depuis engagé à "œuvrer pour une reprise verte" de la crise des coronavirus, répondant aux appels des dirigeants de l'UE qui ont demandé à la Commission de commencer à préparer "un plan de relance complet" qui intègre également les transitions verte et numérique.

Mais à en juger par la transposition actuelle de la directive sur les bâtiments, la vague de rénovation promise semble encore loin d'atteindre les côtes européennes.

Au rythme actuel de rénovation de 1% par an, il faudrait environ un siècle pour rénover tous les bâtiments européens, selon les projections de la Commission.

Kadri Simson, le commissaire européen à l'énergie, a souligné plus tôt cette année qu'un élément clé de la vague de rénovation serait de "tripler le taux de rénovation existant, insuffisant".

Stratégies nationales

Des mesures détaillées pour atteindre des taux de rénovation plus élevés devraient être définies au niveau national.

En vertu de la directive sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD), les pays sont tenus d'élaborer des stratégies nationales de rénovation à long terme, afin de «soutenir la rénovation de leur parc national de bâtiments en un parc immobilier très économe en énergie et décarboné d'ici 2050».

Les stratégies devraient fixer des «jalons indicatifs» pour 2030, 2040 et 2050 et définir des «indicateurs de progrès mesurables», tels que des taux de rénovation ou des plafonds de consommation d'énergie par mètre carré.

Et même si les mesures sont laissées à l'entière discrétion des gouvernements nationaux, certaines ont été explicitement promues dans l'EPBD.

Par exemple, les systèmes d'automatisation et de contrôle des bâtiments, qui optimisent la consommation d'énergie des systèmes utilisés pour le chauffage et le refroidissement, la ventilation, l'éclairage, l'eau chaude et la production d'électricité sur site.

Selon une étude de Waide Strategic Efficiency, le déploiement de systèmes de contrôle dans les bâtiments commerciaux et résidentiels pourrait économiser jusqu'à 14% de la consommation totale d'énergie primaire d'ici 2038.

En vertu de l'EPBD, ces systèmes ont été rendus obligatoires dans tous les bâtiments non résidentiels d'une puissance nominale supérieure à 290 kW d'ici 2025, «lorsque cela est techniquement et économiquement faisable».

Mais seuls quelques États membres ont correctement transposé les mesures, selon Simone Alessandri de EU.bac, l'Association européenne de l'automatisation et des contrôles du bâtiment.

La plupart des pays de l'UE ont adopté une «approche copier-coller» des articles de la directive, a expliqué Alessandri, «sans identifier, encadrer et justifier clairement» les paramètres sur lesquels la faisabilité technique ou économique doit être évaluée.

«En l'absence de mécanismes de conformité et d'exceptions laissées à la discrétion de l'évaluateur, l'impact de ces mesures est fortement affaibli», a déclaré Alessandri à EURACTIV.

(Sous la direction de Frédéric Simon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *