Catégories
Europe actualité

Les opérateurs sont susceptibles d'augmenter les dépenses de démantèlement

BAKU, Azerbaïdjan, 22 mai

Par Leman Zeynalova – Tendance:

Les sociétés énergétiques ont réduit leurs budgets d'exploration et de production depuis que la pandémie de Covid-19 s'est installée et a fait chuter les prix du pétrole, mais, avec peu d'alternatives d'investissement rentables, les opérateurs sont désormais susceptibles d'augmenter les dépenses de démantèlement, selon Trend Reports citant Rystad Energy.

La société estime que la valeur totale du pool mondial de projets de déclassement qui s'accumuleront jusqu'en 2024 pourrait atteindre 42 milliards de dollars.

Avec un âge moyen des actifs de 25 ans, le marché du déclassement en Europe du Nord-Ouest pourrait croître de 20% en engagements annuels jusqu'en 2022 si les bas prix actuels du pétrole ne montrent pas bientôt des signes de reprise substantielle.

<! –->
<! –

->

En plus d'une base d'actifs à maturité rapide et de bas prix du pétrole qui érodent la viabilité commerciale et les prolongations potentielles de la durée de vie, le marché du déclassement en mer du Nord sera également soutenu par des prix de contrat de service favorables.

À ce jour, seulement 15% environ des actifs de la mer du Nord ont été déclassés, mais au cours des cinq prochaines années, nous nous attendons à ce que 23 actifs en moyenne cessent leur production chaque année. Le Royaume-Uni est en passe de montrer la voie avec près de 80% des dépenses totales estimées pour le déclassement en Europe du Nord-Ouest au cours des cinq prochaines années, suivi de la Norvège avec 14% et du Danemark avec 4%. Le bassin de projets de déménagement dans la région pour cette période est estimé à environ 17 milliards de dollars. À titre de comparaison, les coûts de déclassement aux États-Unis pour la même période sont estimés à 5,7 milliards de dollars.

«Un environnement de prix bas prolongé peut potentiellement motiver les opérateurs à tirer parti des prix contractuels bas et à s’engager sur leurs obligations liées à la mise hors service d’actifs, stimulant ainsi les activités de déclassement dans la région Europe du Nord-Ouest. Cela offrira également des opportunités de bienvenue aux entrepreneurs sur un marché des services pétroliers par ailleurs sombre », explique Sumit Yadev, analyste des services énergétiques chez Rystad Energy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *