Catégories
Europe actualité

Les députés appellent à un panel ad hoc pour rétablir la confiance entre les législateurs et le secteur du vin – EURACTIV.fr

La commission de l’agriculture du Parlement européen (COMAGRI) a fait de la création d’un groupe de haut niveau pour discuter du secteur vitivinicole post-COVID-19 l’une des conditions pour lever son veto sur l’aide de la Commission aux producteurs de fruits et légumes.

le ad hoc sera nécessaire "pour rétablir la confiance et le dialogue entre la Commission, le Parlement européen et le secteur vitivinicole", lit-on dans une lettre que le président de la COMAGRI, Norbert Lins (PPE) a adressée au commissaire à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski, vendredi 12 juin.

Le secteur du vin a été particulièrement touché par la pandémie, car près de 30% du marché, ce qui représente la moitié de la valeur marchande, a été perdu en raison de la fermeture du secteur HoReCa (hôtels, restaurants, cafés) pendant la pandémie.

Selon l'organisation des agriculteurs de l'UE COPA-COGECA, la crise aura un impact à long terme sur le secteur du vin.

La semaine dernière, les coordinateurs de COMAGRI ont rencontré Wojciechowski après avoir mis en attente un paquet visant à remédier aux faiblesses des secteurs des fruits et légumes et du vin exposées par la crise COVID.

En déposant une proposition de résolution, les députés ont menacé de couler le plan d'aide car une partie de celui-ci n'était pas considérée comme suffisamment ambitieuse pour faire face aux perturbations causées par la pandémie dans le secteur du vin.

Les députés menacent de couler le paquet de vin COVID-19 sans ambition

Les législateurs de la commission de l’agriculture du Parlement européen (COMAGRI) ont rejeté une section d’un paquet d’aides proposé par la Commission aux producteurs de vin, de fruits et de légumes, car il n’était pas assez ambitieux pour faire face aux perturbations causées par la pandémie.

Les législateurs ont demandé à la Commission de procéder à quelques ajustements afin de retirer leur motion.

Outre la création du groupe de haut niveau, ils ont également demandé une clause de révision pour évaluer les extensions des flexibilités et des mesures de crise actuelles, même au-delà des dates de fin actuellement fixées.

Parmi les autres demandes figurent l'augmentation des taux de cofinancement de l'UE pour les fonds opérationnels des fruits et légumes sans aucun coût supplémentaire pour le budget de l'UE, ainsi que l'extension du champ des actions des programmes nationaux de soutien au vin aux activités œnotouristiques. .

Lors de la réunion avec les coordinateurs COMAGRI, la Commission a déjà convenu de prendre de nouvelles mesures pour répondre aux demandes du Parlement.

Le groupe du Parti populaire européen (PPE) de centre-droit a salué l'engagement de la Commission à modifier l'acte délégué.

"Avec la promesse de mesures supplémentaires entendues aujourd'hui, nous espérons faire un pas en avant", a déclaré Herbert Dorfmann, coordinateur du PPE au COMAGRI, après la réunion.

Selon une autre législatrice du PPE, l'eurodéputée française Anne Sander, la Commission a également accepté la prolongation de la période de plantation pour l'année 2020 jusqu'en juillet 2021 et le déclenchement de la mesure d'entente de crise pour permettre aux acteurs d'adopter des accords sur les exigences de qualité et la promotion conjointe.

Cependant, le président de la COMAGRI, Lins, a demandé dans sa lettre à la Commission "une confirmation écrite rapide et satisfaisante des mesures que la Commission entend prendre", afin de retirer définitivement la motion.

Si la motion est renvoyée en plénière et que le Parlement rejette l'acte délégué à la majorité absolue des membres qui le composent, l'exécutif européen sera contraint de retirer sa proposition initiale et d'en déposer une nouvelle.

(Édité par Zoran Radosavljevic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *