Catégories
Europe actualité

Les autorités sont invitées à soutenir le secteur de la viande en difficulté post-coronavirus – EURACTIV.fr

Plus de 65 organisations et particuliers des secteurs de la production, de la médecine vétérinaire, de la recherche et du monde universitaire ont cosigné une lettre appelant à davantage de soutien dans le secteur mondial de la viande à la suite de la crise des coronavirus et exhortant les autorités à réfuter les allégations selon lesquelles la crise proviendrait de la secteur de l'élevage.

La lettre, publiée vendredi 5 juin, souligne la valeur de l'agriculture animale et son rôle déterminant dans le système alimentaire.

«Pendant cette pandémie, les fermes d'élevage et la chaîne de valeur travaillent sans relâche pour s'assurer que nous avons des aliments sûrs et abordables à manger et à boire. Il est vital que la société soutienne ces efforts et puise dans ses connaissances pour construire un monde plus résilient à l’avenir », indique la lettre.

Il a appelé les autorités, les groupes intergouvernementaux et les ONG à soutenir ces efforts en réaffirmant la sécurité de la production animale et en rappelant aux consommateurs le "système de sécurité alimentaire robuste" de l'UE.

En particulier, il a exhorté les autorités à réfuter les allégations selon lesquelles le secteur était en quelque sorte responsable de la crise du COVID-19, affirmant que «l'origine précise du COVID-19 reste sous enquête, mais les recherches en cours continuent de confirmer que la production animale nationale est sûre et n'a pas joué un rôle dans la propagation de COVID-19. "

"Certains affirment sans fondement que le bétail et l'agriculture moderne sont en quelque sorte à l'origine de la pandémie", indique la lettre.

Il a souligné que la production animale est un «système réglementé et surveillé ayant à cœur la sécurité alimentaire et la santé publique», ajoutant que le secteur a pris toutes les précautions possibles pour assurer la sécurité des employés.

Roxane Feller, secrétaire général d'AnimalhealthEurope, a déclaré qu'il était "important de se joindre à cet appel pour une plus grande reconnaissance de la valeur du bétail, en particulier en ce qui concerne la production animale européenne et les nombreuses opinions mal informées qui y sont exprimées".

Elle a souligné un rapport récent qui a déclaré que la production animale moderne peut créer des pandémies à titre d'exemple.

Karsten Maier, secrétaire général du Syndicat européen de l'élevage et de la viande, a déclaré à EURACTIV qu'il est «important de rappeler aux familles européennes, dont beaucoup peuvent être confrontées à des difficultés et à des choix difficiles à cause de la pandémie, que la viande, le lait et les œufs restent sains et constituent une source essentielle de nutrition. »

"Les tentatives de lier l'épidémie de COVID-19 à l'agriculture moderne sont fallacieuses et ne sont pas étayées par des preuves scientifiques, ce qui indique que le virus est originaire de la faune."

«La production animale en Europe continue de fonctionner selon certaines des normes les plus élevées et les plus rigoureuses de santé et de bien-être animal au monde», a-t-il souligné.

La lettre a également appelé les autorités à consulter des experts en élevage et des agriculteurs pour comprendre comment aider au mieux les efforts, affirmant que l'expertise du secteur de l'élevage peut également contribuer à renforcer la réponse mondiale COVID-19.

Par exemple, la lettre suggère que les systèmes déjà en place pour surveiller et prévenir la transmission transfrontalière des maladies pourraient être utilisés pour développer des systèmes d'alerte précoce plus robustes pour la faune sauvage, contribuant ainsi à améliorer notre capacité à détecter les maladies émergentes.

La lettre est apparue alors que le secteur de l'élevage et de la viande a été de plus en plus critiqué ces dernières semaines pour n'avoir pas respecté les normes de sécurité dans les usines de viande et pour son incapacité à prévenir de futures épidémies.

Olga Kikou, responsable de Compassion in World Farming EU, a déclaré à EURACTIV qu '"une fois encore, les intérêts commerciaux dans l'agriculture refusent d'accepter la nécessité d'embrasser la transformation ou de soutenir un changement fondamental dans les idées et les pratiques".

Elle a ajouté que COVID-19 a été un «réveil que la vie ne peut et ne doit pas être la même» et un «rappel aigu que les mauvais traitements infligés aux animaux, d'élevage et sauvages, entraînent des conséquences catastrophiques».

«Il est plus urgent que jamais de réformer les politiques agricoles pour encourager la production et la consommation d'aliments à base de plantes», a-t-elle conclu.

Actuellement, 1,3 milliard de personnes dépendent du bétail pour leur emploi dans le monde, tandis que des milliards d'autres dépendent du bétail pour nourrir leur famille.

(Édité par Zoran Radosavljevic)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *