Catégories
Europe actualité

Les actions de l'Iran contre le #Coronavirus contre les conseils de #WHO

Les médecins et les agents de santé iraniens du Comité médical international de l’APA affirment que le régime iranien va à l’encontre de la direction du monde et des conseils de l’OMS. Le 4 mars, le porte-parole du ministère iranien de la Santé a déclaré une alerte rouge sur de nombreuses provinces du pays et a mis en garde contre la reprise des activités administratives et économiques.

Dans un communiqué de presse, ils disent: «Le 5 mars, Hassan Rouhani a annoncé que les écoles seraient autorisées à ouvrir dans les provinces dites« blanches ». Il a également fixé au 11 avril la date de reprise de certaines activités économiques. "À partir de la semaine prochaine, les bureaux commenceront à travailler avec 2/3 de leurs employés, et seulement un tiers sont autorisés à rester à la maison", a déclaré Rouhani. Au cours des trois derniers mois, le régime a résisté sans équivoque aux quarantaines, les qualifiant de «médiévales» tout en promouvant des remèdes superstitieux comme approche alternative pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Le 4 mars, Seyed Hassan Inanlou, directeur adjoint de la gestion de la santé à l'Université des sciences médicales d'Alborz, a averti que si les gens poursuivent leurs moyens de subsistance ordinaires en raison de leur situation financière, «le nombre de cas sera explosif, les hôpitaux seront surchargés de patients , nous perdrons le contrôle et ne pourrons pas gérer l'épidémie. » Il a également prédit que le nombre de morts pourrait atteindre un million.

La décision de Rouhani de reprendre ses activités sociales est cruelle et reflète l'échec de tout le régime à reconnaître toute valeur pour la vie humaine.

Alors que le pic de Covid-19 ce mois-ci suscite des inquiétudes dans le monde entier et que de nombreux gouvernements demandent à leurs citoyens de rester chez eux et de bloquer les mouvements de population pour limiter la transmission des coronavirus, les autorités iraniennes vont dans le sens opposé. Cela aura des conséquences inquiétantes pour la vie des Iraniens et de la population mondiale. L'augmentation rapide du nombre de morts en Iran, à au moins 18 000, est un signe clair de cette tendance.

La distance physique, les fermetures de lieux de travail et l'encouragement de la population à rester à la maison sont des étapes nécessaires pour faire face à la propagation de Covid-19, et le Directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a appelé tous les gouvernements du monde «à mettre en place des mesures veiller à ce que les personnes vulnérables disposent de nourriture et d'autres éléments essentiels à la vie pendant cette crise. »

La plupart des pays ont consacré des fonds spéciaux au soutien financier de leurs populations, mais l'Iran non seulement n'a aucune mesure de protection sociale en place, mais a laissé impayé les salaires réguliers de nombreux agents de santé qui sont à l'avant-garde de cette bataille contre Covid-19.

En tant que médecins iraniens, nous surveillons la situation en Iran depuis longtemps. Il est clair pour nous et pour de nombreux citoyens iraniens que la situation actuelle n'est pas liée aux sanctions imposées au régime mais découle d'une mauvaise gestion, du refus du chef suprême Ali Khamenei de dépenser les centaines de milliards de dollars qui sont sous son contrôle direct en face au coronavirus, et de la corruption institutionnalisée massive au sein de ce régime.

Au cours de cette crise, le régime iranien n’a manifestement aucun sens des responsabilités quant à la santé de sa population. Il met leur vie et leur bien-être en danger en les forçant à reprendre le travail tôt, mettant ainsi le fardeau économique de la bataille contre Covid-19 sur les épaules des travailleurs.

En tant que médecins et agents de santé iraniens au sein du Comité médical international de l’APA, nous condamnons fermement l’annonce par Rouhani d’un retour rapide au travail, et nous avertissons que cela mettra en danger la vie de la population iranienne et augmentera la prévalence de l’infection.

Cette politique pourrait facilement coûter au moins un million de vies iraniennes en Iran. Par conséquent, nous appelons l'OMS et le Secrétaire général des Nations Unies à intervenir et à contraindre le régime à ne pas mettre en œuvre cette politique mais à utiliser ses milliards de dollars de fonds disponibles pour protéger la santé du peuple iranien sans délai. »

commentaires

Commentaires Facebook

Mots clés: coronavirus, en vedette, image complète, Iran

Catégorie: A Frontpage, coronavirus, Santé, Iran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *