Catégories
Europe actualité

Le marché du travail espagnol martelé par COVID-19 – EURACTIV.fr

Avec plus de 800 000 emplois perdus en mars, le marché du travail espagnol a connu son pire mois jamais enregistré à cause du coronavirus, a annoncé jeudi 2 avril le gouvernement espagnol. Rapports d'EFE, partenaire d'EURACTIV.

La ministre du Travail, Yolanda Díaz, a déclaré que 834 000 emplois avaient été perdus en mars en raison de la fermeture nationale obligeant tous les travailleurs sauf essentiels à rester chez eux jusqu'au 12 avril au moins.

«L'Espagne a enregistré une augmentation du chômage de 302 265 personnes. Ce n'est pas un chiffre historique du nombre de chômeurs, mais c'est en termes d'augmentation mensuelle », a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse, ajoutant que« nous avons 3,5 millions de personnes enregistrées comme chômeurs ».

Le secteur des services a été le plus touché avec une augmentation de 206 016 chômeurs, les bars et restaurants ayant été condamnés à la fermeture temporaire.

Le deuxième secteur le plus touché était la construction avec une augmentation de 22,92% du chômage, suivi de l'agriculture avec 6 520 chômeurs (4,26%).

«Le virus n'a pas d'impact sexospécifique, mais structurellement, le marché du travail a un biais sexiste très fort. Il y a deux millions de femmes au chômage », a déclaré Díaz.

L'Espagne a interdit aux entreprises de licencier des employés pendant la crise sanitaire et encourage plutôt les employeurs à proposer des licenciements temporaires appelés Erte, dont 620 000 ont déjà été traités, a déclaré Díaz.

Pourtant, certains employeurs espagnols doivent encore fournir des données. Ceux qui réclament Erte font partie des nouveaux prestataires de la sécurité sociale et ne sont pas comptés parmi les pertes d'emplois, le gouvernement ayant assoupli les règles sur les prestations de l'État pour élargir la portée de ceux qui peuvent prétendre à une aide.

Le ministre de la Sécurité sociale, José Luis Escrivá, a déclaré que les chiffres mensuels des pertes d'emplois étaient comparables à ceux observés en Espagne au cours des 100 premiers jours suivant la crise financière de 2008. Il a déclaré qu'il était important de comparer les données avant que le Premier ministre Pedro Sánchez ne déclare un verrouillage national le 12 mars et après, ajoutant que dans les 11 premiers jours du mois – généralement une bonne période de l'année pour l'emploi – quelque 64 843 emplois ont été ajoutés à le système.

Entre le 11 et le 31 mars, cependant, le nombre de contribuables de la sécurité sociale a «implosé» de 898 822. Ce décompte comprenait 855 081 employés et 40 877 travailleurs indépendants.

Une enquête auprès des ménages publiée par l'institut national de statistique (INE) jeudi 2 avril a indiqué que 4,79 millions de personnes vivaient seules en Espagne pendant la période de quarantaine des coronavirus, dont environ 2 millions avaient plus de 65 ans.

Le côté humain de la crise sanitaire

Antonio García Alburquerque (88) de Murcie, est une de ces personnes.

Il a expliqué à Efe comment l'épidémie de coronavirus l'avait inquiété non seulement pour sa propre santé mais aussi pour celle de ses fils, de ses petits-enfants et de ses voisins. "Mon fils m'apporte de la nourriture pour ne pas avoir à sortir", a expliqué l'homme connu dans son immeuble sous le nom d'El Abuelo (le grand-père).

«Je ne bouge pas de ma chaise, donc on ne s’approche pas. Mais c'est pire pour moi. Je n'ai jamais rien vu de tel auparavant dans ma vie. Pas même dans l'après-guerre. Ce bug est un problème mondial et cela m'inquiète beaucoup », a déclaré García. García a promis de reprendre ses parties quotidiennes de dominos avec ses amis une fois la crise passée.

«Je suis vieux, le 5 septembre, j'aurai 89 ans. Mais mes petits-enfants et mes enfants sont jeunes. Mes voisins aussi, et leur rapprochement avec moi est un souci. Pas seulement pour moi, mais surtout pour eux, car vous voulez éviter l'hôpital à tout prix », a-t-il ajouté.

Atténuer la pression sur les unités de soins intensifs

Depuis le début de l'épidémie, l'Espagne a enregistré 110 238 infections, dont environ 85 000 restent actives. Un peu plus de 6 000 personnes reçoivent des soins dans des unités de soins intensifs à travers le pays, un chiffre qui équivaut au nombre officiel de lits de soins intensifs dans le pays, bien que les autorités sanitaires insistent sur le fait que davantage de lits sont disponibles.

Plusieurs hôpitaux de campagne sont en cours de création dans tout le pays. Le centre de commerce équitable Ifema de Madrid a été réaménagé pour fournir plus de 5 000 lits supplémentaires et un navire naval au large des côtes de l'enclave espagnole de Melilla en offrira 650 autres, dont 8 lits en soins intensifs.

Avec la baisse du taux de nouvelles infections quotidiennes, le gouvernement se concentre désormais sur la réduction du nombre d'admissions à l'hôpital pour atténuer la pression sur les soins intensifs. Selon le chef du service des urgences de santé publique espagnol, Fernando Simón, les patients en USI ont tendance à passer plus de temps à l'hôpital, ce qui signifie que le nombre s'accumule.

"L'accent n'est plus mis sur le pic (de nouveaux cas), nous sommes déjà au sommet et certaines régions sont en baisse. L'accent est désormais mis sur les hospitalisations, nous devons nous assurer cette semaine que les unités de soins intensifs ne s'effondrent pas », a-t-il déclaré.

Nouvel équipement médical

Au moins 54 000 personnes ont été hospitalisées depuis le début de l'épidémie et 26 700 se sont remises du virus.

Le ministère espagnol de la Santé a déclaré qu'un million de kits de tests rapides étaient arrivés dans le pays cette semaine et que 90 ventilateurs étaient attendus dans les prochaines heures.

En plus de cela, 5000 ventilateurs de fabrication nationale sont attendus dans les prochaines semaines, le constructeur automobile SEAT faisant équipe avec des experts médicaux pour en produire 300 par jour.

(Sous la direction de Daniel Eck / Frédéric Simon)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *