Catégories
Europe actualité

#Le Kazakhstan autorise la libre exportation de produits alimentaires

À partir du 1er juin, le Kazakhstan supprimera les interdictions et les quotas d'exportation de produits alimentaires qui ont été introduits au plus fort de son épidémie de coronavirus pour garantir les déficits du marché local, écrit Almaz Kumenov.

Agence de presse Kazinform cité Le ministre de l'Agriculture Saparkhan Omarov a déclaré le 19 mai que le Kazakhstan était désormais bien approvisionné en produits alimentaires nécessaires.

Fin mars, le gouvernement a annoncé qu'il introduisait une interdiction totale d'exporter un certain nombre de produits de base, notamment la farine, le sarrasin, le sucre, les pommes de terre, les carottes, les oignons, les choux et l'huile de tournesol. Peu de temps après, les autorités se sont effondrées sous la pression des producteurs nationaux, qui plaint qu'ils risquaient de perdre l'accès aux marchés étrangers, ils ont donc introduit un quota sur l'exportation de farine, de blé et de certains types de légumes.

Omarov aussi annoncé le lancement d'une campagne parrainée par l'État dirigée par le président Kassym-Zhomart Tokaev pour l'achat garanti de 365 000 tonnes de produits agricoles, tels que le blé, l'orge, le tournesol et le sarrasin, auprès des agriculteurs nationaux.

L'État prévoit ensuite de fournir ces matières premières au marché intérieur pour la production de ce que l'on appelle des «produits alimentaires socialement importants» afin de contenir les prix. Le gouvernement a réservé 24,5 milliards de tenges (59 millions de dollars) à cette initiative.

«Aujourd'hui, nous allons commencer à élaborer les règles de l'achat à terme. Tout le travail préparatoire a été fait. Aujourd'hui et demain, nous commencerons à accepter les demandes (des agriculteurs) », a déclaré le ministre.

Dans d'autres mécanismes de soutien, le gouvernement propose des prêts préférentiels aux producteurs agricoles à des taux de 6% et élabore un programme de reports de remboursement des crédits en cours et des locations de matériel.

Dans un Aperçu de l'état actuel de l'industrie à Forbes.kz, l'économiste Murat Temirkhanov a noté comment la crise avait de nouveau incité le gouvernement à parler du «besoin de l'agriculture pour remplacer l'industrie pétrolière et devenir le nouveau moteur de l'économie».

Temirkhanov a déclaré que, bien que l'agriculture soit le principal bénéficiaire des aides d'État au Kazakhstan, il y a eu peu d'effet évident à ce jour, cependant.

"D'énormes efforts et de l'argent du gouvernement ont été dépensés, mais la part de l'agriculture dans les exportations et dans l'économie du pays est très faible, et il n'y a aucune perspective de croissance rapide", a déclaré Temirkhanov, soulignant que la part de l'industrie agricole dans les recettes fiscales représentent moins de 0,5% du total.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *