Catégories
Europe actualité

La Chine a fait pression sur l'UE pour qu'elle abandonne les critiques de désinformation sur COVID: sources – EURACTIV.fr

La Chine a cherché à bloquer un rapport de l'Union européenne alléguant que Pékin propageait des informations sur l'épidémie de coronavirus, selon quatre sources et correspondance diplomatique examinées par Reuters.

Le rapport a finalement été publié, quoique juste avant le début du week-end, heure de l'Europe et avec certaines critiques du gouvernement chinois réorganisées ou supprimées, un signe de l'équilibre que Bruxelles tente de réussir alors que l'épidémie de coronavirus brouille les relations internationales.

La mission chinoise auprès de l'UE n'était pas immédiatement disponible pour commenter et le ministère chinois des Affaires étrangères n'a pas immédiatement répondu aux questions par télécopie concernant l'échange. Une porte-parole de l'UE a déclaré: "Nous ne commentons jamais le contenu ou le contenu allégué des contacts diplomatiques internes et de la communication avec nos partenaires d'un autre pays". Un autre responsable de l'UE, Reuters, a déclaré que le rapport de désinformation avait été publié comme d'habitude et a nié avoir été édulcoré.

Quatre sources diplomatiques ont déclaré à Reuters que le rapport devait initialement être rendu public le 21 avril, mais qu'il avait été retardé après que les autorités chinoises se soient penchées sur un reportage Politico qui avait prévisualisé ses conclusions.

Un haut responsable chinois a contacté des responsables européens à Pékin le même jour pour leur dire que "si le rapport est tel que décrit et qu'il est rendu public aujourd'hui, ce sera très mauvais pour la coopération", selon la correspondance diplomatique de l'UE examinée par Reuters.

La correspondance a cité un haut responsable du ministère chinois des Affaires étrangères, Yang Xiaoguang, disant que la publication du rapport rendrait Pékin "très en colère" et accusait les responsables européens d'essayer de plaire à "quelqu'un d'autre" – ce que les diplomates européens ont compris comme une référence à Washington.

Les quatre sources ont indiqué que le rapport avait été retardé en conséquence, et une comparaison de la version interne du rapport obtenue par Reuters et de la version finale publiée vendredi soir a montré plusieurs différences.

Par exemple, sur la première page du rapport interne partagé avec les gouvernements de l'UE le 20 avril, la branche politique étrangère de l'UE a déclaré: «La Chine a continué de mener une campagne mondiale de désinformation pour détourner le blâme de l'épidémie de pandémie et améliorer son image internationale. Des tactiques manifestes et secrètes ont été observées. »

Le résumé public publié vendredi sur le portail de désinformation du bloc, euvsdisinfo.eu http://www.euvsdisinfo.eu, a attribué la désinformation à "des sources soutenues par l'État de divers gouvernements, dont la Russie et – dans une moindre mesure – la Chine".

Le résumé public a noté "des preuves significatives d'opérations secrètes chinoises sur les réseaux sociaux", mais la référence a été laissée aux six derniers paragraphes du document.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *