Catégories
Europe actualité

#Coronavirus – La Commission publie des lignes directrices pour protéger les actifs et technologies européens critiques dans la crise actuelle

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré: «Si nous voulons que l'Europe sorte de cette crise aussi forte que nous y sommes entrés, nous devons prendre dès maintenant des mesures de précaution. Comme dans toute crise, lorsque nos actifs industriels et d'entreprise peuvent être mis à rude épreuve, nous devons protéger notre sécurité et notre souveraineté économique. Nous avons les outils pour faire face à cette situation en vertu du droit européen et national et je demande instamment aux États membres de les utiliser pleinement. L'UE est et restera un marché ouvert pour les investissements directs étrangers. Mais cette ouverture n'est pas inconditionnelle. »

Le commissaire au commerce, Phil Hogan, a déclaré: «Nous sommes confrontés à une crise de santé publique sans précédent qui a de graves conséquences pour l'économie européenne. Dans l'UE, nous sommes et souhaitons rester ouverts aux investissements étrangers. Dans les circonstances actuelles, nous devons tempérer cette ouverture avec des contrôles appropriés. Nous devons savoir qui investit et dans quel but. L'UE et ses États membres disposent des bons outils juridiques pour cela. Les lignes directrices d'aujourd'hui appellent les États membres à utiliser ces outils dans toute la mesure possible et apporteront davantage de clarté sur la façon d'utiliser notre cadre de filtrage des investissements pour empêcher une vente des actifs stratégiques de l'UE dans la crise actuelle. »

En vertu des règles existantes de l'UE, les États membres sont autorisés à filtrer les investissements directs étrangers (IDE) en provenance de pays tiers pour des raisons de sécurité ou d'ordre public. La protection de la santé publique est reconnue comme une raison impérieuse d'intérêt général. En conséquence, les États membres peuvent imposer des mesures d'atténuation (telles que des engagements d'approvisionnement pour répondre aux besoins vitaux nationaux et de l'UE) ou empêcher un investisseur étranger d'acquérir ou de prendre le contrôle d'une entreprise. Des mécanismes nationaux de sélection des IDE sont actuellement en place dans 14 États membres. Le règlement de l'UE sur le filtrage des investissements étrangers étant en vigueur depuis l'année dernière, l'UE est bien équipée pour coordonner le contrôle des acquisitions étrangères effectuées au niveau des États membres.

En émettant ses lignes directrices, la Commission invite les États membres qui disposent déjà d'un mécanisme de filtrage existant à utiliser pleinement les outils mis à leur disposition en vertu du droit de l'UE et national pour empêcher les flux de capitaux en provenance de pays tiers qui pourraient compromettre la sécurité ou l'ordre public de l'Europe .

La Commission invite également les autres États membres à mettre en place un mécanisme de filtrage à part entière et à envisager dans l'intervalle toutes les options, conformément au droit de l'UE et aux obligations internationales, pour traiter les cas potentiels où l'acquisition ou le contrôle par un investisseur étranger de une entreprise, une infrastructure ou une technologie particulière créerait un risque pour la sécurité ou l'ordre public dans l'UE.

La Commission encourage également la coopération entre les États membres en ce qui concerne les cas de sélection des IDE dans lesquels les investissements étrangers pourraient avoir un effet sur le marché unique de l'UE. Les acquisitions étrangères qui ont lieu actuellement relèvent déjà du règlement de l'UE sur le filtrage des IDE et pourraient être réexaminées dans le cadre du mécanisme de coopération établi par le règlement, qui sera pleinement opérationnel à partir d'octobre 2020.

Concernant les mouvements de capitaux, les lignes directrices rappellent également dans quelles circonstances spécifiques la libre circulation des capitaux, notamment en provenance de pays tiers, liée aux acquisitions de participations peut être restreinte.

La Commission continuera également à suivre de près l'évolution de la situation sur le terrain et se tient prête à discuter et à assurer la coordination de tout dossier d'investissement étranger ayant un impact européen plus important. La protection des actifs stratégiques de l'UE fera également l'objet de discussions entre le président von der Leyen et les dirigeants de l'UE lors de la vidéoconférence du Conseil européen d'aujourd'hui (26 mars).

Contexte

Le règlement de l'UE sur le filtrage des IDE a été adopté en mars 2019. Il met en place pour la première fois un mécanisme au niveau de l'UE pour coordonner le filtrage des investissements étrangers susceptibles d'affecter la sécurité et l'ordre public de l'Union et de ses États membres. Ce mécanisme est basé sur l'obligation d'échanger des informations entre les États membres et la Commission, ainsi que sur la possibilité pour la Commission et les États membres d'émettre des avis et des commentaires sur des transactions spécifiques. L'application de ce mécanisme commencera le 11 octobre 2020. La Commission et les États membres coopèrent déjà en vue d'adapter les mécanismes nationaux de filtrage et d'assurer une mise en œuvre complète et rapide du règlement aux niveaux européen et national.

Plus d'information

Lignes directrices sur le dépistage des IDE

Cadre de sélection des IDE: réglementation, communiqué de presse, fiche d'information

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *