Catégories
Europe actualité

Athènes craint une nouvelle crise migratoire à la frontière terrestre avec la Turquie – EURACTIV.fr

The Capitals vous apporte les dernières nouvelles de toute l'Europe, grâce à des reportages sur le terrain par le réseau médiatique d'EURACTIV. Vous pouvez vous abonner à la newsletter ici.

Avant de commencer à lire l'édition d'aujourd'hui des Capitals, n'hésitez pas à consulter l'article écrit par Beatriz Rios.

N'hésitez pas non plus à consulter l'article d'Alexandra Brzozowski sur la question de savoir si COVID-19 a accru la menace de bioterrorisme en Europe.

Nous souhaitons vous rappeler que tout le monde chez EURACTIV souhaite continuer à fournir un contenu de qualité supérieure couvrant l'UE de manière claire et impartiale, malgré le fait qu'il soit fortement touché par la crise actuelle. Comme nous, à EURACTIV, croyons fermement que nos lecteurs ne devraient pas avoir à accéder au contenu via un mur payant, nous vous demandons d'envisager d'apporter une contribution et merci à tous ceux qui l'ont déjà fait. Si vous souhaitez faire un don unique ou récurrent, il vous suffit de suivre ce lien.


Maintenant que de nombreux pays européens ont commencé à lever les mesures de verrouillage et à ouvrir les frontières, assurez-vous de rester à jour avec Présentation complète d'EURACTIV, qui est régulièrement mis à jour avec l'aide de notre réseau de bureaux et de partenaires médias. Consultez également nos pages de mise à jour par pays, comme celle pour l'Irlande ou la Slovénie.


Dans les nouvelles d'aujourd'hui des Capitales:

ATHÈNES

Nouvelle crise migratoire à la frontière terrestre? Les médias grecs ont rapporté hier soir qu’environ 6 000 migrants se sont progressivement rassemblés à la frontière gréco-turque d’Evros, ce qui fait craindre à Athènes qu’Ankara ait l’intention de répéter les événements fin février, alors qu’elle a permis à des milliers de migrants d’entrer sur le territoire de l’UE. Sarantis Michalopoulos a les détails.

///

BERLIN

La saga de l'aéroport de Berlin se poursuit. Après les premières annonces de fermeture définitive de l’aéroport de Tegel, le 15 juin, il s’avère qu’il ne fermera pas si tôt. Avec le retour du transport aérien, le nombre de passagers a augmenté, ce qui signifie que les deux aéroports de Berlin, Schönefeld et Tegel, seront tous deux nécessaires jusqu'à la dernière fermeture de ce dernier, le 8 novembre.

Pendant ce temps, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas a annoncé que l'Allemagne lèvera son avertissement de voyage pour la plupart des pays européens. Plus de détails ici.

Dans d'autres nouvelles, après deux jours de discussions, la coalition au pouvoir CDU / CSU et SPD a convenu mercredi soir d'un plan de relance économique d'un volume total de 130 milliards d'euros, A annoncé la chancelière fédérale Angela Merkel après 21 heures de négociations entre les chefs de coalition. (Sarah Lawton, Tim Steins | EURACTIV.de)

///

VIENNE

L'Autriche ouvre ses frontières à tous les pays, à l'exception de l'Italie. Les voyageurs en provenance d'Allemagne, du Liechtenstein, de Suisse, de Slovaquie, de Slovénie, de République tchèque et de Hongrie n'auront plus à passer les contrôles aux frontières à partir du jeudi 4 juin.

Mais "les chiffres ne le permettent pas pour l'Italie", a déclaré mercredi 3 juin le ministre des Affaires étrangères Alexander Schallenberg. Il a néanmoins souligné que la situation de l'Italie s'était améliorée et que les frontières méridionales de l'Autriche pourraient également s'ouvrir après l'évaluation de la semaine prochaine. (Philipp Grüll | EURACTIV.de)

///

BRUXELLES

Sortie de verrouillage et retour à la «nouvelle normale». La Belgique devrait entrer dans la phase 3 des mesures de déconfinement lundi prochain (8 juin), avec la réouverture des hôtels, des bars et des restaurants, une prolongation de la vie sociale et un assouplissement des restrictions touristiques, a annoncé mercredi le 3 juin le Conseil de sécurité nationale (CNS). Alexandra Brzozowski a tous les détails.

///

HELSINKI

Le budget supplémentaire vise l'avenir. Le gouvernement finlandais a approuvé mardi 2 juin un ajout de 5,5 milliards d'euros à son budget, axé sur les services publics de base, l'éducation et les infrastructures de transport vertes.

Cependant, alors que l'opposition juge certaines mesures justifiables, elle a accusé le gouvernement de dépenses imprudentes. Lire la suite.

///

STOCKHOLM

Remise en question de la stratégie COVID-19 du pays. L'épidémiologiste d'État suédois et le visage de la stratégie de lutte contre la pandémie du pays, Anders Tegnell, a déclaré qu'il avait des doutes sur la façon dont son pays avait fait face à la pandémie de COVID-19. Mais pourquoi ce changement de cœur soudain? Pekka Vänttinen a regardé de plus près.


LE SUD DE L'EUROPE

ROME

Rome reproche à Vienne de fermer la frontière avec l'Italie. Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a exprimé sa désapprobation de la décision du gouvernement autrichien de maintenir la frontière avec l'Italie fermée. "L'individualisme va à l'encontre de l'esprit communautaire et nuit à la fois à l'Europe et au marché unique", a-t-il déclaré après une réunion avec son personnel. Cependant, le ministre reste confiant que la situation évoluera positivement pour l'Italie dans les prochains jours.

Pendant ce temps, Les régions italiennes ont rouvert leurs frontières intérieures mercredi (3 juin). Pour la première fois en plus de deux mois, les citoyens peuvent se déplacer entre les régions sans formulaire d'auto-certification. Cela a causé des problèmes dans certaines villes, Milan rencontrant des problèmes de surpeuplement dans les gares et un trafic dense étant signalé sur les autoroutes, en particulier près de la frontière avec la France et Monaco. (Alessandro Follis | EURACTIV.fr)

///

MADRID

Le Parlement approuve la prolongation définitive de l’état d’alarme. Le Parlement espagnol a donné son accord au gouvernement mercredi 3 juin pour proroger, pour la dernière fois, "l'état d'alarme" du pays, ce qui signifie qu'il serait en vigueur jusqu'au 21 juin, selon les médias d'EURACTIV.

///

LISBONNE

Approbation du plan national post-COVID. Le gouvernement portugais approuvera un plan national jeudi 4 juin pour répondre à la crise sociale et économique provoquée par la pandémie. Le Portugais Programme de stabilisation économique et sociale comprendra des mesures visant à stimuler les possibilités d'éducation, y compris l'enseignement supérieur, et à accroître l'accès des jeunes à l'emploi et au logement, a déclaré mercredi le Premier ministre António Costa (3 juin). (Pedro Morais Fonseca, Lusa.pt)

Dans d'autres nouvelles, Le principal groupe de campagne anti-corruption du Portugal a déclaré que «Le Portugal n'a pas de stratégie nationale contre la corruption». Le pays figure sur une liste de 15 pays avec un faible niveau de respect des recommandations anti-corruption pour les députés, juges et procureurs fin 2019, selon un rapport publié hier par le GRECO, un organe du Conseil de l'Europe qui lutte contre la corruption. (Fernando Carneiro, Lusa.pt)


VISEGRAD

VARSOVIE

Annonce de la nouvelle date des élections. La présidente du Parlement, Elizabeth Witek, a annoncé que la nouvelle date de l'élection présidentielle en Pologne serait le 28 juin, bien qu'elle ait été initialement prévue le 10 mai. En outre, le vote aura lieu en personne dans les bureaux de vote, bien que le vote par correspondance soit toujours autorisé pour lesou quarantaine. Łukasz Gadzała d'EURACTIV Pologne se penche sur les détails.

///

PRAGUE

Un V4 divisé. Le groupe Visegrad Four devrait trouver une position commune sur le fonds européen de relance post-COVID-19 prévu, ont déclaré les médias tchèques et slovaques, Andrej Babiš et Igor Matovič, à Prague mercredi 3 juin. La Tchéquie et la Hongrie ne sont pas d'accord avec la forme actuelle du plan de relance de l'UE, tandis que la Pologne et la Slovaquie la soutiennent. Les quatre PM discuteront de la question lors du sommet V4 en Tchéquie le 11 juin. (Ondřej Plevák | EURACTIV.cz)

///

BUDAPEST

Vert, mais pas assez vert. Le Parlement hongrois a adopté mercredi 3 juin deux lois qui codifient l'objectif de neutralité carbone 2050 et établissent le changement climatique comme l'un des problèmes les plus importants de notre temps.

Cependant, l'opposition n'a pas voté pour les projets de loi bien qu'elle ait soumis elle-même les projets originaux, Indice signalé. C'est parce que les législateurs ont affirmé que la majorité au pouvoir du Fidesz avait trop modifié les propositions, édulcoré ses objectifs et vidé le texte original, en supprimant les subventions vertes par exemple. Alors que le projet de loi initial proposé par l'opposition prévoyait la déclaration d'une urgence climatique, la version qui a été adoptée ne concerne que la protection du climat. (Vlagyiszlav Makszimov | EURACTIV.com)

///

BRATISLAVA

Priorités de redressement de la Slovaquie. Les fonds supplémentaires du plan de relance de l'UE («UE de prochaine génération») devraient être dépensés pour l'administration en ligne, l'adaptation de l'industrie automobile en mutation dont dépend fortement la Slovaquie, la flexibilité du marché du travail, les mesures respectueuses du climat et les transports régionaux. et mobilité, a déclaré la vice-première ministre des investissements et de l'informatisation, Veronika Remišová (Pour le peuple). Une réforme complète des soins de santé est également une question urgente, a-t-elle ajouté. (Zuzana Gabrižová | EURACTIV.sk)


NOUVELLES DES BALKANS

SOFIA

Levée des mesures de verrouillage. Tout Les mesures de verrouillage restrictives seront levées en Bulgarie le 15 juin, a annoncé mercredi le 3 juin le Premier ministre Boyko Borissov, ajoutant qu'après cette date, seules les mesures de distanciation sociale resteraient en place. Le Premier ministre a également admis que de nombreuses mesures approuvées pendant la pandémie n'étaient pas très bien pensées, comme le port obligatoire de masques à l'intérieur, associé à l'ouverture des restaurants.

Mercredi (3 juin), la Bulgarie a signalé 22 nouveaux cas de COVID-19, dont neuf étaient du personnel médical et deux étaient des enfants de moins de 2 ans, qui n'avaient pas besoin de soins hospitaliers. (Krassen Nikolov | EURACTIV.bg)

///

ZAGREB

Parc éolien corrompu. Parlant du affaire de parc éolien, pour lequel l'ancien secrétaire d'État du HDZ, Josipa Rimac, a été arrêté la semaine dernière, le Premier ministre Andrej Plenkovic a réitéré que tout comportement corrompu serait puni et a rejeté les allégations selon lesquelles il influencerait le ministère public (DORH). En savoir plus ici.

Dans d'autres nouvelles, La Slovénie a déployé plus de 1 000 policiers supplémentaires le long de la frontière croate en raison de l'augmentation de les flux de migrants le long de la route des Balkans au cours des deux dernières semaines, le directeur adjoint de la police Joze Senica a déclaré aux journalistes mardi.

(Karla Junicic, EURACTIV.hr)

///

LJUBLJANA

La Slovénie prévoit de stimuler les investissements dans la défense. Le ministre de la Défense Matej Tonin, qui a inspecté les troupes lors d'un exercice militaire mercredi 3 juin, a déclaré que son ministère prévoyait d'investir 780 millions d'euros dans l'armée slovène au cours des six prochaines années avec une nouvelle loi sur les investissements dans la défense. Le président Borut Pahor a déclaré que cela garantirait que l'armée "reste le pilier militaire de la sécurité slovène".

Dans d’autres nouvelles, la commission judiciaire du Parlement a rédigé des amendements au Code pénal qui augmenter les pénalités pour les organisateurs de trafic d'êtres humains de cinq ans de prison à jusqu'à 10 ans. (Zoran Radosavljević | EURACTIV.com)

///

BELGRADE

La Serbie soutient la Chine sur Hong Kong. Dans une lettre envoyée à son homologue chinois, le président serbe Aleksandar Vučić a écrit que la Serbie soutenait la souveraineté, l'intégrité territoriale et la sécurité nationale de la Chine. Le président avait envoyé la lettre relative à la loi sur la sécurité nationale relative à la région administrative spéciale de Hong Kong, que le parlement chinois a adoptée la semaine dernière, selon le quotidien de Belgrade Politika rapporté mercredi 3 juin. EURACTIV Serbie approfondit.

Dans d'autres nouvelles, Vučić annoncé Pristina lèverait les taxes et autres restrictions pour que le dialogue se poursuive. En réaction à l'annonce par le représentant spécial de l'UE, Miroslav Lajcak, que les pourparlers entre la Serbie et le Kosovo pourraient reprendre en juin, Vucic a déclaré que Belgrade était toujours intéressée par les négociations, mais que Pristina devrait d'abord lever les taxes et autres restrictions entravant la circulation des marchandises et gens. En savoir plus ici.

***

(Sous la direction d'Alexandra Brzozowski, Daniel Eck, Benjamin Fox)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *